top of page

Rantareform / Réforme des retraites


Rantareform, a zentràlischtiga Àsìcht odder uf d’r Süach vu ma nei un lokàl Solidaritätsmodèl ?


Zitter jetzt a pàar Wucha düan d Syndikalischta, d Àrweiter, d Fàmìlia d Stros/βa àbklopfa gega d Rantareform vum Emmanuel Macron, wu d Elisabeth Borne àui verteidigt .

Eigentlig, hàndelt ‘s sìch nìt um s Rachna eb d 230 Milliarda Stichaflucht d’r jahrliga Rantadefizit finànziara känna. Nàtirlig nìt. Wenn àui d’r Gabriel Attal àm JT vu France 2 gsait hàt, àss fìr d Stiraflucht z’kàmpfa, ma d Stira ufschlàga miestigt…

Ma hättigt àlles rìchtig màcha sotta un unter Soziàlpartner nohdanka ìwer d Züakunft vu unserem Ranta System . A « Ranta – Grenelle » organisiera. ‘S ìsch nìt der Fàll gsì. D’r Emmanuel Macron hàt liawer d’r Kàmpf gega d Syndikàta un gega 80 % vu da Frànzosa, wu durverschìedena Umfroga dara Reform NEI gsait han.

D Regierung ìsch entschieda, ke Schrìtt zruck z màcha, wàs s hechera Àlter vum Ranta-àfàng àbelàngt . Nàtirlig han sìch wagadam d Syndikàter ìmmer meh radikalisiart. ‘S hàndelt sìch jo um a gànz ideologischa Màsnàhma, wu kè Grundsàtz hàt. Sogàr d’r Laurent Berger vu d’r CFDT , bis jetzt flexibel, hàt a Wüat bikumma.

‘S ìsch a wàckliga Reform vu A bis Z, ibegrìffa ìm Gsetz àb d’r Verbesserung vu d’r Krànkakàssa, fìr àss ma a « 49-3 » benutza kàt , ìm Fàll - ma weist jo nia… Ìn d’r Assemblée Nationale hàt’s ke Wàhla gha un ìm Sénat ìsch sa blokiart wora… ‘S hàt àm And a « 49-3 » gha.
‘S ìsch a Versàga vu d’r Demokràtie, dur d Sturheit vu einem einziga Mànn gega àlla àndra : d’r Emmanuel Macron.

Dia Methoda ìsch vu da Syndikàter verurteilt wora : sa han sìch d’r nammliga Tàg mobilisiart, un han àn a grosa Mobilisation àm Dunnerschtig d’r 23. ufgrüafa.

Wàs d’r Präsidant àn d’r Tele d’r Tàg vorhar gsait hàt, hàt d Litt uf kei Fàll ìwerzigt. Waga der rìchtiga Arrogànz vum Stààtschef, sìn ìmmer meh Litt kumma fìr manifeschtiara un sogàr junga Litt, un Personna wu dàs fìr s erschta Mol gmàcht han. Àn dam Dunnerschtig 23. sìn ’s 11000 Litt gsì ìn Mìlhüsa.

Wàs kummt jetzt ? Àm Zischtig d’r 28. gìbt’s wìdder a Mobilisation ; dàs bewist àss d’r Wìlla vu da Syndikàter un vu da Litt noch ìmmer gràd so stàrk ìsch.

Wàs fìr a Üssìcht blos àllesìwer dia Reform wìdder uf s Tàpet lega un mìt ‘m Stààt wìdder drìwer fànga à z dischkütiera ?
Vìllìcht kännt ma do ìm Elsàss àn a Verwàltung danka wu meh lokàl war, wu dirigiart war wia unsra Krànkakàssa, wu noch ìmmer ìwerflessig ìsch . Zum nohdanka !

Régis Baschung et Alain Foeller
(remerciements à Evelyne Troxler pour ses corrections )


Traduction en français :

Réforme des retraites, une vision centraliste ou la recherche d'un nouveau modèle de solidarité local ?

Voilà maintenant plusieurs semaines que les militants syndicaux, les salariés, les familles battent le pavé contre la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron et défendue par Elisabeth Borne.

Dans le fond il ne s’agit pas de faire de l’expertise comptable pour savoir si les 230 milliards d’euros d’évasion fiscale peuvent financer les 17 milliards de déficit annuel des retraites. Non bien-sûr. Même si pour Gabriel Attal taper sur l’évasion fiscale c’est augmenter les impôts comme il l’a dit au JT de France 2.

Il aurait fallu tout mettre à plat et réfléchir entre partenaires sociaux sur la viabilité de notre système de retraite. Mettre en place un Grenelle des retraites. Ça n’a pas été le cas. Emmanuel Macron a préféré l’affrontement avec les syndicats et 80% des Français qui disent par plusieurs sondages NON à cette réforme des retraites.

Naturellement les syndicats se sont radicalisés face à la détermination du gouvernement à reculer l’âge de départ à la retraite, mesure totalement idéologique puisqu’elle n’est fondée sur rien. Provoquant l’ire de Laurent Berger de la CFDT plutôt souple jusqu’à présent.

Il s’agit d’une reforme déjà bancale de A à Z, insérée dans la loi de rectification de la Sécurité Sociale afin de prévoir un éventuel 49-3, on ne sait jamais… loi conclue sans vote à l’Assemblée Nationale et par un vote bloqué au Sénat… pour terminer en 49-3 (finalement…). Donc une loi qui n’aura jamais été votée. C’est un échec de la démocratie par l’obstination d’un seul contre tous : Emmanuel Macron.

Méthode condamnée par les syndicats qui se sont aussitôt mobilisés le jour même et annonçant une grande mobilisation le jeudi 23.

L’allocution télévisée du président de la République la veille de la mobilisation, loin de convaincre du fait de l’arrogance assumée du chef de l’Etat, a renforcé l’effectif syndical par des jeunes et de personnes dont la plupart manifestait pour la première fois ce jeudi 23 mars dont 11000 manifestants à Mulhouse.

Quel suites à venir ? La mobilisation prévue mardi 28 mars démontre que le passage en force et la détermination des syndicats et de l’opinion reste forte.

Quelle perspective pouvons nous tracer sinon une remise à plat de cette réforme en reprenant les négociations avec l’Etat ? Peut-être pourrions nous penser ici en Alsace à un système de retraite plus local avec une gestion au plus près à l’instar du Régime local d’assurance maladie qui est toujours excédentaire ? À méditer !

Régis Baschung et Alain Foeller



46 vues0 commentaire

Comments


bottom of page