top of page

Mathieu Mieg le rebelle / d’r Rebell

Dernière mise à jour : 14 févr. 2023



En français

Matthieu Mieg nait en 1756 dans la Ville République de Mulhouse. Issu d’une grande famille mulhousienne , il lança l’industrie textile et les célèbres indiennes de Mulhouse, il suivit naturellement la voie de son père en développant l’entreprise familiale, exportant à travers le Monde ses magnifiques étoffes que l’on peut encore admirer au Musée de l’Impression Sur Étoffes de Mulhouse.

Mais cet âge d’or de la Ville République de Mulhouse ne va pas durer, la République Française une et indivisible ne souffrant aucune enclave sur ce qu’elle estimait être son territoire. Le 22 septembre 1792 le Conseil général du Haut-Rhin décide l’établissement d’un cordon douanier autour de Mulhouse. La Ville République subit un vrai blocus qui l’asphyxie.

Talleyrand au sein du Comité de Salut public s’exprime pour le rattachement : « Mülhausen servira d’exemple et de leçon aux petits états qui veulent se soustraire à l’unité du gouvernement « .

Les confédérés suisses ne viendront pas à l’aide de la petite république, ayant déjà fort à faire avec l’envahisseur français qui a mis à sac et massacré Berne.

Le Comité de Salut public envoie le commissaire de guerre Catus à Mulhouse pour négocier le rattachement. Après le traité de Bâle de 1795, et la nomination du Colmarien Reubell au directoire accélère le processus d’annexion.

Pendant que le greffier-syndic Josué Hofer défend à Paris sa République, les « Rattachistes « travaillent en coulisses. La veille du Schwörtag, la prestation de serment, la statue de la fontaine le Stockbrunn, est coiffée du bonnet phrygien et à Illzach ont plante un arbre de la liberté au son du « Ça ira « . De plus certains membres des grandes familles mulhousiennes adhérent à des clubs révolutionnaires en dehors de la ville. Il y a une fracture entre les jeunes générations qui adoptent les idéaux de la révolution et les anciennes qui veulent conserver l’indépendance.

Avec le blocus, la bourgeoisie découragée se fait progressivement à l’idée du rattachement. Le directoire devenant intraitable, le bourgmestre Jean Hofer revient dans sa ville pour communiquer les dispositions du gouvernement français. Le Grand Conseil finit par approuver la réunion de Mulhouse à la France par un vote les 3 et 4 janvier 1798.


La bourgeoisie convoquée au temple Saint Etienne vote : 591 voix pour la réunion, 15 contre dont Mathieu Mieg, Zunftmeister des Agriculteurs et chroniqueur. Il était aussi artiste peintre

C’est lui qui possède la maison Mieg qu’on appelle toujours actuellement ainsi. En protestation il la fait decorer d’une fresque représentant le héros mulhousien Winkelried à la bataille de Sempach gagnée par les Mulhousiens et les Suisses sur les Autrichiens.


Lors des cérémonies du rattachement à Mulhouse, il cacha la bannière de la corporation des Agriculteurs. Grâce à lui, on peut encore la voir au Musée historique. Toutes les bannières des autres corporations ainsi que les armes, un faux glaive de justice (le vrai aussi été caché) de la Ville République de Mulhouse ont été brûlées en public et les restes enterré sous l’arbre de la « liberté « planté à l’emplacement du Stockbrunn , symbole des villes du Saint Empire Romain Germanique, détruit par ces mêmes révolutionnaires. Finalement l’arbre de la « liberté « pourrira mystérieusement en quelques semaines…



Mathieu Mieg continuera à gérer l’entreprise familiale. Il installa en 1809 un tissage de drap à bras et en 1817 une filature mécanique. Il incarna sous la Restauration le parti royaliste. Passionné par le tir, la peinture et l’histoire, il publia Der Stadt Mülhausen Geschichte bis zum Jahr 1817 (2 vol., 1816-1817).


Matthieu Mieg mourra en 1840. On peut encore s’incliner sur la tombe du Mulhousien qui s’opposa à la France.


En alsacien

D’r Mathieu Mieg ìsch ìm Johr 1756 ìn der Stàdt Repüblik Mìlhüsa gebora. Ar stàmmt üs a grossa mìlhüser Fàmìlia, ar hàt d’ Textilindüstrie developiart un gànz bsunders d’berìhmta Indiennes üs Mìlhüsa, nàtirlig, hàt’r d’r Wag vu sim Vàter nogfolgt, un hàt d’Fàmìliafirma entwìckelt, ìn d’r gànza Walt hàt’r sina wunderbàra Stoffa exportiart, ma kàt sa noch ìmmer ìm Musée de l’Impression sur Etoffes z’Mìlhüsa bewundra.

Awer dia guldiga Zitt vu d’r Stàdt Repüblik Mìlhüsa wìrd nìt düra, d’frànzesischa Repüblik « une et indivisible » wìll ìwerhàuipt ke Enklawe uff wàs vu ìhr gsah si eigena Lànd ìsch. Am 22 septamber 1792 entschidet d’r Conseil Général vum Owerlànd a Zollgebiat um d’r Stàdt z’irachta. Da Blocus brìngt d’Stàdt Repüblik àm erstìcka.

Ìm Comité du Salut Public, ìsch d’r Talleyrand klàr fer der Aschluss : « Mülhausen wìrd às Beispiel un as Lehra diana, fer dia àlla kleina Stàtta wu d’Einheit vu d’r Regiarung umgeh wann ».

D’Schwitzer Bundgnossa wara d’kleina Repüblik nìt ku halfa, sa han gnüa z’tüa mìt ìm frànzesischa Agriffer wu Barn verwìschtet un schlàchtet hàt.

D’r Comité du Salut Public schìckt d’r Kriag Commissaire Catus z’Mìlhüsa fer da Aschluss verhandla. No’m Bàsel Vertràg ìn 1795, un d’Isetzung vum kolmerer Reubell ìm Directoire, geht àlles schnaller.

Derwilscht às d’r greffier-syndic Josué Hofer ìn Pàris sinra Repüblik verteidigt, tian d’ « Ratachistes », hìntra d’Szena schàffa. D’r Tàg vorem Schwörtag, fìndet ma uff d’r Stockbrunnastàttüta a phrygien Kàppa un ìn Illzi ìsch a Fraihaitsbàuim gsetzt wora ìm Ton vu « ça ira ». Dezüa, sìn a Teil vu da Mìtglieder vu da grossa mìlhüser Fàmìlia ìn Club Revolutionnaire bigetreta, drüss d’r Stàdt. S’gìt a Fraktür zwìscha d’junga Generationna wu d’Ideàla vu d’r Revoluzion adoptiara tüan un d’ältra wu salbschtstandig bliwa mechtigta.

Mìt’em Blocus ìsch d’Bìrgerschàft verhìndert un dankt ìmmer meh zum Aschluss. D’r Directoire wìll nit meh wìssa, d’r Bìrgermeischter Jean Hofer geht ìn sinra Stàdt zruck fer d’Anordnunga vu d’r frànzesischa Regiarung erklära. D’r grosser Ràt ìsch andlig iverstànda dur a Wàhl de 3 un 4 janer 1798.


D’Bìrgerschàft hàt müassa ìn d’r Stephànskìcher geh wähla : 591 sìn fer d’r Aschluss gseh, 15 dagega unter àndera d’r Mathieu Mieg, Zunftmeischter vu da Büra un Tàgbuachschriwer. Ar ìsch o Moler gseh.

Ihm ghert s’Mieg Hüss wu ma noch ìmmer sah kàt. Uff Protescht, hàt er si Hüss mìt’ma Fresko loh ziara, uff dam kàt ma d’r mìlhüser Held Winkelried sah, àm Schlàcht vu Sempàch wu vu d’ Mìlhüser un d’ Schwitzer gega d’Oschtrer gwunna wora ìsch .



Derwilscht às d’Aschlusszeremonie stàttgfunda hàt, hàt ar d’Fàhna vum Bürazunft versteckt. Waga ìhm, kàt ma’na noch ìmmer ìm Musée Historique sah. D’àndra Fahn un d’Wàffa, a fàlscher Grachtsschwàrt (s’rìchtiga ìsch o versteckt wora) vu d’r Stàdt Repüblik Mìlhüsa sìn vor àlla verbrennt wora, d’Rascht sìn unter’m « Fraihaitsbàuim « vergràwa wora, do wu d’r Stockbrunna gseh ìsch, da Stockbrunna, Symbol vum Heilga Römischa Reich, ìsch vu da Revoluzionnära zerstert wora. Andlig, ìsch da « Fraihaitsbàuim » mysteriös ìn a pààr Wucha verfüllt…


D’r Mathieu Mieg hàt si Fàmìliaunternehma witerscht verwàlta. Ìn 1809, hàt’r a Armweberei installiart un ìn 1817 a mekànischa Spinnerei. Wahrend d’Restauration, hàt’r der keniglischa Pàrtei inkarniart. Sina Liadaschàfta sìn Schiassa, Mola und Gschìcht gseh, ar hàt Der Stadt Mülhausen Geschichte bis zum Jahr 1817 (2 vol 1816-1817) loh pübliziara.


D’r Mathieu Mieg ìsch àm Johr 1840 gstorwa. Ma kàt si noch ìmmer uff’m Gràb vum Mìlhüser wu si gega Frànkrìchgstellt hàt verbeuga.


Régis Baschung & Alain Foeller


59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page