top of page

Le régionalisme est-il un danger pour l’unité nationale ? Un débat entre auteurs


Le 28 juin 2023 a eu lieu à la librairie Kleber un débat entre un auteur jacobin B.Morel et un auteur régionaliste J-P.Atzenhoffer, à l’invitation de ce dernier.


Docteur en droit et maître de conférences à l’université Paris 2 Panthéon Assas, Benjamin Morel, est surtout connu par ses interventions à la radio et dans la presse nationale. Ses positions jacobines s’expriment notamment dans son livre paru récemment « La France en miettes. Régionalismes, l’autre séparatisme ».

La position régionaliste était défendue par Jean-Philippe Atzenhoffer, docteur en économie, enseignant à la faculté à Strasbourg, et auteur du livre « Le Grand Est, une aberration économique ».

Le journaliste Jacques Fortier faisait office de modérateur. Le débat a eu lieu devant une salle comble où les associations régionalistes et le parti Unser Land étaient largement représentés.

D’entrée de jeu, B.Morel a insisté sur les convergences entre les deux points de vue en précisant qu’il était pour la sortie de l’Alsace du Grand Est .

Le terme de séparatisme, qui bien sûr a crispé l’assistance, lui aurait été plus ou moins imposé par son éditeur car susceptible de « booster » les ventes. Dont acte.

Puis il a développé son argumentaire concernant l’« ethno régionalisme » qui serait condamnable car artificiel et hégémonique. A l’appui de sa thèse, il trouvait des exemples dans la langue bretonne actuellement revendiquée et enseignée qui ne serait qu’une construction linguistique ne correspondant pas à la langue parlée par les anciens.

Selon lui le régionalisme, essentiellement d’origine urbaine, nierait l’existence des « petits pays » constituant une région. Et de citer le parler welsch auquel les partisans de l’allemand en Alsace ne feraient aucune place.

Enfin l’argumentaire de M Morel opposait décentralisation à laquelle il serait plus ou moins favorable et différenciation qui constituerait à ses yeux une rupture d’égalité entre les territoires et ferait donc le lit du séparatisme. Exemples à l’appui : les exigences croissantes des Ecossais chez lesquels les concessions accordées au fil des années auraient fait naître le désir d’indépendance.

JP Atzenhoffer n’a eu aucun mal à réfuter tous ces arguments qui traduisaient surtout chez B.Morel une méconnaissance des spécificités alsaciennes. Sa position est de toute évidence bien plus idéologique que scientifique en raison de la faiblesse de son argumentation.

Notre économiste régional, dont le livre est, selon lui, transposable à la quasi-totalité des nouvelles régions (notamment par la gabegie financière qui en résulte),plaidait pour une loi de décentralisation bien plus générale que la loi 3DS qui ne résoudrait rien et ne ferait au contraire que complexifier le mille-feuille administratif si typiquement français.


A lire sur le même sujet : https://alsace.news/ (Benoît Kuhn)

Marie-Christine Huber


62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page