top of page

Conférence de Richard Weiss à Colmar : "À quand une Alsace bilingue ?"


La conférence de Richard Weiss a réuni une trentaine de personnes dans la salle du scriptorium aux Dominicains à Colmar pour nous parler bilinguisme.


Étaient présents notamment Richard Schalck, conseiller municipal délégué de Colmar à la culture alsacienne, Gérard Cronenberger, ancien maire d’Ingersheim, Pascal Herscher de la Collectivité Européenne d’Alsace et un public largement composé d’enseignants ou de parents d’élèves, voire ex-parents d’élèves .

Richard Weiss a commencé par rappeler les différences entre le bilinguisme, l’enseignement immersif et l’enseignement monolingue. Puis il a rappelé souvent son père avec beaucoup d’anecdotes, la vie en alsacien qui est bien différente que celle que vivent les enfants et les jeunes d’aujourd’hui.

Richard Weiss est aussi un des pères fondateurs en 1990 de l’association « ABCM-ZWEISPRACHIGKEIT » avec Tomi Ungerer, qui réunissait de nombreuses familles ainsi que des élus alsaciens et mosellans.

ABCM-ZWEISPRACHIGKEIT a créé des classes immersives en allemand et en alsacien. Le principe de l’enseignement immersif est l’apprentissage de l’allemand et de l’alsacien, en excluant le français. Richard Weiss n’a pas hésité à conter toutes les difficultés rencontrées face à l’éducation nationale.


Il a ensuite rappelé les différentes étapes de l’enseignement bilingue, notamment l’ouverture de classes publiques bilingues par le recteur de Gaudemar, puis la création par Henri Goetschy du Haut Conseil du bilinguisme, et enfin la création de l’OLCA, l’Office de la Langue et la Culture Alsacienne, et de l’APEPA, l’Association des Parents d’élèves de l’Enseignement Public d’Alsace.

Richard Weiss est aussi revenu sur les nombreux freins aux bilinguisme, notamment l’attitude de l’État français qui met des bâtons dans les roues du bilinguisme : manque de professeurs ou manque d’unanimité des communes.

Richard Weiss a évoqué la mise au pilon de livres sur la pédagogie de l’enseignement du bilinguisme. Il compte bien mener une enquête pour trouver les responsables de cette décision.


Il a rappelé la nécessité pour l’Alsace d’être bilingue au regard de son histoire et de sa culture.

Richard Weiss a dénoncé le faux enseignement immersif avec 25% de français qui sera appliqué à Haguenau, Colmar, Altkirch et Mulhouse. Selon lui, l’enseignement immersif doit être 100% en allemand et en alsacien. Il a dénoncé également l’invitation à déjeuner dans un restaurant de luxe des quatre maires par le recteur pour les convaincre de la dose de français.

En conclusion, il a rappelé le principe Rojat-Grammont sur l’enseignement qui doit être exclusif en immersion : une seule langue.

Régis Baschung

20 vues0 commentaire

Comments


bottom of page